Après 3 ans de recherches, de questionnement, de salons et beaucoup de chance, nous avons tout quitté pour nous envoler le 12 janvier dernier à Montréal !

Camille, Julien & Léon

 

Après une très courte nuit, nous avons eu la surprise de nous rendre compte que le terminal indiqué sur le billet n’était pas le bon ! Nous avons donc traversé, au pas de course, tout Charles de Gaulle avec nos quatre valises et la caisse de Léon. Une bonne façon se mettre en jambe, dirons-nous 😀

8h d’avion plus tard (et quelques films), nous atterrissons enfin avec une seule idée en tête, retrouvez notre Loulou. Mais c’est sans compter les douanes et l’immigration qui ressemblent plus aux douze travaux d’Astérix qu’à une petite promenade de santé … deux heures plus tard, nous avons enfin eu l’autorisation d’aller chercher nos bagages. Léon était parqué en plein milieu du terminal, tout seul parmi les valises n’ayant pas trouvé leurs propriétaires. Il n’a jamais autant pleuré que lorsqu’il a entendu nos voix. Une demi heure de patience plus tard (contrôle vétérinaire oblige), il a enfin pu baptiser le sol canadien #MonChienCestLePlusFort

Rue au petit matin

Merci le jet lag pour ces magnifiques levés de soleil

En l’espace de trois jours, nous avons trouvé nos marques assez facilement (bon sauf cette histoire de taxe et de pourboire ^^). Nous avons déjà eu le temps de prendre rendez-vous à la banque, d’obtenir un numéro de téléphone canadien (bye bye Sosh et tes tarifs low cost), de visiter un appartement (bientôt trois), de cotôyer l’efficacité de l’administration (15min chrono pour obtenir un numéro de sécu) et de goûter à la gastronomie nord-américaine (Burger King, Macdonalds ^^)

Nous sommes sous le charme de la ville, de ses habitants et de la neige.

Le froid est plus que supportable malgré une moyenne de -10°/-15° quotidien. Nous ne sommes pas si habillés que ça et pourtant la sensation de froid est bien moins pénétrante que lorsqu’il fait 5° en France.

Le Loulou s’y ait bien fait et cavale à toute blinde dans la poudreuse. Il a de temps en temps des crampes quand il lève la patte mais rien qui ne l’empêche d’aller renifler le troufignon de ses congénères canins 🙂

Camille

Léon dans la neige